Espace membres
Login
Pass
Les annuaires de France nuisibles
Accueil / Biologie

Biologie

moustique dans ambreLes moustiques, d'abord recensés sous le terme Culex ont été identifiés en 1759. Pour autant on a la certitude qu'ils sont  apparus à l'ère jurassique, il y a plus de 170 millions d'années. Le fossile le plus ancien retrouvé date du crétacé (environ 145 millions d'années). A cette époque, ils étaient trois fois plus gros que les moustiques actuels… pour vous donner une idée, ils faisaient en moyenne un bon centimètre !

Il faudra patienter jusqu'au XVIII ème siècle pour que les entomologistes définissent une meilleure classification et que la famille soit dénommée Culicidae. A la fin du XIX ème siècle, les scientifiques découvrent que ces  culicidae  sont responsables de maladies graves comme le paludisme, la fièvre jaune et les filarioses. …

A ce jour, 3523 espèces de moustiques sont répertoriées sur la surface du globe. Parmi  celles-ci, 10 sont assez agressives envers l'humain.  Il s'agit essentiellement des trois suivantes : Aedes Caspius, Aedes Detritus et Culex Pipiens.

Ils sont présents sur l'ensemble des zones terrestres (sauf l'Antarctique où il fait véritablement trop froid pour leur survie) dans tous les milieux naturels, et urbains. C'est simple,  là où il y a de l'eau, ils sont présents. En Europe, une centaine d'espèces sévirait, en France, 65 d'entre elles sont recensées.

Les moustiques sont les nuisibles les plus virulents à l'échelle mondiale car ils  sont vecteurs de très grand nombre d’agents pathogènes transmissibles à l’humain. Chikungunya, fièvre jaune, paludisme, dengue, fièvre du west Nile et tout simplement les insupportables démangeaisons qu'ils nous infligent !

De nos jours, de par l'accroissement des voyages internationaux, ces maux se déplacent et colonisent des pays dans lesquels ils ne seraient jamais apparus sans cela. Car ces maladies de nature tropicales ont  désormais conquis des pays aux climats tempérés.

Le dérèglement climatique joue également un rôle important dans le développement des moustiques et des maladies qu'ils transmettent. Les tsunamis, cyclones, inondations plus fréquents offrent davantage d'endroits pour pondre. Le réchauffement favorise la croissance de la dengue, du paludisme. Selon quelques études, il est énoncé que 2 milliards de personnes en plus encourent le risque d’être exposées à la dengue d’ici 2080.

Leur présence n'est pas exclusivement négative ; comme tout individu sur la planète, ils ont leur utilité. Les adultes étant nectarivores, ils contribuent à la pollinisation des plantes tout comme les abeilles.

Ils sont par ailleurs source d'alimentation pour maintes espèces et ce à tous les stades de leur développement. Mais compte tenu de leur existence et de leur développement cyclique, les scientifiques affirment que s'ils sont importants, les moustiques ne sont pour autant pas indispensables dans la chaine alimentaire. De surcroît, leur disparition n'entraînerait pas la fin de certains de leurs prédateurs.

A l'avenant, on sait que les larves par leur activité filtrent beaucoup d'eau chaque jour. Ainsi elles contribuent substantiellement à la bioépuration des eaux et fournissent des éléments essentiels à la croissance des plantes, comme l'azote. Cela dit, cela concerne les moustiques présents dans les zones plus rurales, or on sait qu'à présent les moustiques sont pareillement présents en zone urbaine et s'attaquer à ces derniers ne remet pas en question leur rôle dans la pollinisation ou l'épuration des eaux.

Enfin,  les larves de moustiques sont bien connues des aquariophiles et des pêcheurs puisqu'elles sont utilisées pour nourrir les poissons ou les appâter. On en trouve sous forme lyophilisée, congelée ou vivante.

 

Alimentation

La plupart des moustiques sont hématophages, c'est-à-dire qu'ils se nourrissent de sang. Cet aliment, par sa contenance en protéines, leur est indispensable pour pouvoir porter leurs œufs à maturité. Il est bon de noter, que nous ne sommes pas spécialement en haut de la liste de leurs victimes. En réalité plus de la moitié des moustiques s'alimentent du sang des oiseaux, puis celui des rongeurs, des grands mammifères, des reptiles et batraciens.  Le moustique tigre marque cependant une nette attraction pour notre peau, malheureusement pour nous, puisque ce dernier est vecteur du triste chikungunya.

Les repas sanguins sont régis sous forme de  cycles, reconnus comme cycles gonotrophiques : c'est la période qui sépare deux repas. Leur durée dépend à la fois de l'espèce et des conditions climatiques. Par exemple, chez Culex Pipiens, ce cycle dure entre 3 et 14 jours, chez les Anopheles, il est de 3 à 4 jours et enfin chez Albopictus, il dure 4 jours. 

Le processus  repas, maturation des œufs et ponte, est répété plusieurs fois au cours de la vie du moustique.

moustique nectarivoreToutefois le sang n'est pas leur aliment exclusif, ni même le met favori des moustiques. En fait,  les moustiques, qu'ils soient mâles ou femelles  sont plutôt nectarivores et se nourrissent ainsi d'eau sucrée et de sucs végétaux (nectar, sève).

La larve quant à elle s'alimente de particules qu'elle trouve dans et sur  l'eau entre algues, phytoplancton, matière organique, bactéries et plancton. Par ce comportement, les larves contribuent à l'écosystème des étangs en les nettoyant, en se nourrissant des planctons. Certaines larves se nourrissent d'autres larves d'autres espèces. Car sachez-le, il existe un comportement cannibale chez les moustiques, peu répandu parmi les espèces, mais assez présent pour être significatif.

A leur tour, les larves servent de repas aux oiseaux aquatiques, aux batraciens, poissons, crustacés, plantes carnivores et certains insectes comme les libellules par exemple. Les adultes, eux seront un délice pour les araignées, chauves-souris, hirondelles, quelques autres oiseaux et poissons.

 

Cycle de vie

Chaque espèce a une activité cyclique journalière qui lui est propre.

 

Les moustiques suivent un rythme à la fois saisonnier et journalier.  Les premiers moustiques apparaissent en mars, en août leur vie devient plus brève et à partir de septembre ils ne parviennent plus à suivre leur cycle vital en intégralité.

Afin de se reproduire, les mâles se rassemblent dans un endroit comme une clairière et au crépuscule,  partent en essaim en quête de femelles. Leur essaim affiche une chorégraphie qui paraît anarchique mais qui en réalité respecte des normes très précises : une distance est maintenue entre les individus, leur vitesse est régulière et il faut se rapprocher du centre.

 Les mâles décèlent les femelles grâce à leurs antennes qui ont des plumeaux agissant comme des oreilles et sont attirés par le bruit des battements des ailes des femelles. Les femelles battent des ailes moins fort que les mâles, c’est comme cela qu'ils arrivent à les repérer.

 

Lorsque leur conquête est détectée, les mâles se battent pour la gagner n'hésitant pas à s'empoigner en plein vol et par la même attraper la femelle avec laquelle ils s'accouplent sans tarder. L'acte durera environ 16 secondes….L'accouplement a lieu rapidement après que les individus soient devenus adultes, les femelles sont fécondées une seule fois dans toute leur existence, elles conserveront les spermatozoïdes dans une spermathèque, sorte de poche à spermatozoïdes.

 

larves de culex 48 heures après la fécondation, les femelles  pondent leurs œufs  à la surface de l'eau. Ces derniers sont pondus soit en amas, soit isolément ou encore collés à un support végétal immergé.  La ponte varie selon les espèces de 50 à 2000 œufs. Il est possible qu'il y ait plusieurs pontes, mais rarement plus de quatre. S'il leur manque de l'eau, les œufs ont la capacité de se mettre en dormance jusqu'à plusieurs années .

 Car l'eau est un élément indispensable non seulement pour la maturation des oeufs mais aussi pour le développement des larves. Cependant, toutes les eaux ne leur conviennent pas: ils sont incapables de se développer dans les mers et les eaux courantes (rivières, ruisseaux, fleuves).

 

 Après éclosion, la larve se sustente en se tenant sous la surface de l'eau et connait trois mues successives. A ce terme, elles aboutiront à une nymphe mesurant entre 4 et 10mm. Celle-ci  a une paire de soies palmées qui lui permet de maintenir son équilibre en adhérant par capillarité sur l'eau. Elle ne se nourrit pas, durant cette période qui varie de 1 à 5 jours, elle connait de fortes mutations à la fois morphologiques et physiologiques internes aboutissant au stade adulte.

La taille de l'adulte oscille entre 3 à 40 mm, mais en moyenne il est rare qu'elle dépasse 10 mm. Il possède une seule paire d'ailes qui sont membraneuses, longues, étroites repliées de manière horizontale lorsqu'il est au repos. Il a des écailles sur la majeure partie de son corps. Les femelles ont des pièces buccales plus longues que les mâles.

Les antennes des mâles ont beaucoup plus de poils qui leur servent à repérer les femelles et autres nourritures. Certains comparent ces poils à un nez.

 

On dit que les moustiques sont des insectes ectothermes, ce qui signifie que leur température dépend de la température environnante. Des températures trop élevées ou trop basses comme des variations brutales peuvent entrainer des conséquences dommageables pour eux. Lorsque les moustiques nous piquent, ils subissent un choc thermique, notre corps étant à 37°C. Les Anophèles ont adopté une méthode très spéciale afin de réguler leur température. En effet, tandis qu'ils nous piquent, ils expulsent par l'anus une goutte qui mêle à la fois leur propre sang et de l'urine. Au contact de l'air, la goutte  refroidit et s'évapore, ce phénomène a pour effet immédiat de rabaisser leur température.

 

Cycle de vie des moustiquesAu final, le moustique connait quatre phases dans son développement. Les trois premières sont aquatiques, seule la dernière est aérienne. En tout, ce cycle s'étale sur 10 à 15 jours, bien que ce délai varie en fonction du climat. En effet, plus il fait chaud, plus le cycle se raccourcit.

 

Les moustiques adultes vivent en moyenne entre 15 et 40 jours.

 

Il existe des espèces dont les femelles ont la capacité d'hiverner (la diapause) et donc allongent leur durée de vie parfois jusqu'à plusieurs mois. Elles se réveilleront en mars et après la ponte, mourront. Par ailleurs, elles se déplacent beaucoup, parfois jusqu'à une centaine de kilomètres de leur lieu de naissance, se laissant littéralement portées par le vent. Globalement, les moustiques ont un rayon d'action d’environ 15km.Les mâles quant à eux, vivent moins longtemps et sont de piètres voyageurs.